contact@observatoiresarthois.fr

Réseau Animation Jeunesse : vers un nouveau projet collectif

Réseau Animation Jeunesse : vers un nouveau projet collectif

La plénière du 10 octobre 2019 a été l’occasion de réaliser un état des lieux de la vie du réseau professionnel, en s’appuyant sur une enquête en ligne. Près de 40 professionnels ont planché sur leurs enjeux et leurs besoins pour imaginer les suites de leurs collaborations.

Le Réseau : un réel rassemblement des professionnel et qui montre son utilité

C’est déjà un élément important que les professionnels citent : l’importance que le Réseau a pour eux. Il rassemble, permet la participation et une meilleur interconnaissance, y compris des partenaires locaux. Il est un lieu d’échanges de pratiques, de circulation d’idées, de diffusion d’information, et permet un partage d’expérience. Son existence est légitime et le portage par la DDCS est reconnu neutre. Le Réseau doit aussi permettre d’identifier les besoins de formation.

Par contre, les animateurs relèvent plusieurs limites du Réseau actuel : l’absence de certains territoires, la complexité de la prise de décision et du pilotage, la difficulté à répondre à toutes les attentes. Ils soulignent aussi des difficultés de participation liées à l’éloignement géographique et à la disponibilité. En outre, en dehors des rencontres plénières et du groupe Facebook, les autres outils numériques et les structures ressources « Accompagnement Ressources Jeunesse » sont méconnus, mal perçus, peu utilisés.

Des besoins et des enjeux complexes

Les professionnels ont repérés de nombreux besoins et enjeux. La liste exhaustive est téléchargeable. Citons notamment des enjeux d’accueil et de prise en compte des besoins de tous les publics jeunes, quels qu’ils soient, au-delà des publics habituellement accueillis. Pour cela, ils expriment des besoins de s’informer, d’actualiser leurs connaissances sur les besoins et les pratiques des jeunes, de travailler leur posture et de poursuivre les échanges de pratique. Les écrans et le numérique sont singulièrement pointés comme source de questionnements.

Les enjeux de territoire (mobilité des jeunes, participation des habitants, parentalité, partenariat) sont largement partagés. La définition, le pilotage, le partenariat et l’évaluation des politiques publiques préoccupent les professionnels, On peut lier cette préoccupation à une attente de reconnaissance de leur travail et des valeurs portées par l’éducation populaire.

Continuer ensemble : une évidence

Les rencontres plénières sont considérées comme très importantes. Leur nombre aussi : il faut en proposer suffisamment durant l’année pour permettre aux professionnels de choisir celles qui les intéressent, et aussi pour leur permettre d’en rater quelques unes. C’est ce que l’enquête en ligne montre. Par contre, la localisation de ces rencontres est un problème. Le souhait de se réunir le plus souvent possible au Mans semble faire consensus.

Le réseau est bien vu comme un espace d’échange qui ne doit jamais devenir obligatoire et qui ne doit jamais se substituer aux organismes de formation.

Vers un déroulement annuel des plénière ?

Le comité de pilotage du réseau s’est réuni le 15 octobre pour analyser les résultats des travaux. Il émerge l’idée de proposer des rencontres de format différents réparties durant l’année.

De son côté, la DDCS va transformer les outils mis à disposition pour mieux répondre aux besoins des professionnels. Il s’agit aussi de mieux les adapter à leurs usages et de les rendre plus visibles.